• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un gaspillage total !

Un gaspillage total ! - Daria Michel

Je me suis toujours dit que, si j’avais un dollar pour chaque page de circulaire ou de journal que je mets dans mon bac à recyclage, je serais riche. Je n’arrive pas à croire le nombre de magazines, revues, circulaires, enveloppes, etc. qu’on reçoit par semaine dans la boîte postale.

Je pense que les gens ne se rendent pas compte de l’impact qu’on laisse sur notre pauvre terre. Soit ils ne sont conscients, soit ils s’en foutent. Autrement, comment pourrait-on continuer dans la même direction, tout en gaspillant autant de nos ressources ?

J’ai entendu quelqu’un dire que l’homme est la pire des pestes ou parasites que la terre ait connue. Je suis entièrement d’accord. On a défriché les forêts pour créer de métropoles et des choses d’usage singulier. On a pollué l’air et l’eau, sans penser au futur de nos enfants. On a creusé la terre pour exploiter ses minéraux, qu’on a utilisés pour aider 1% de la population à devenir plus riche. On a même affamé ou vendu nos semblables, juste pour faire un dollar de plus.

Ce matin, j’ai pris mon bac à recyclage et je me suis proposé de compter combien de publications je reçois dans une semaine. J’ai mis séparément les circulaires, les journaux, les pamphlets, les brochures. Puis j’ai sélectionné les enveloppes et les menus des restos. Ensuite, j’ai ajouté les feuillets, les post-it, les carnets utilisés pendant la semaine. Après les avoir séparées, j’ai compté le nombre de pages de chacun d’eux. Cent dix-sept pages ! Imaginez-vous ? J’aurais eu cent dix-sept dollars !!!

C’est incroyable de voir combien de papier on gaspille !

En les regardant, j’ai pensé que je devrais faire quelque chose. J’ai décidé d’annuler mon abonnement pour tous les journaux que je recevais. Dorénavant, je vais les lire en ligne. J’aurais dû faire cela il y a longtemps. De plus, j’ai songé à mettre une annonce disant “Pas de circulaire” sur ma boîte postale. Je m‘en voulais pour m’être perdu dans les pratiques de cette société de consommation.

Tandis que je remettais tout à l’intérieur du bac, un papier m’a glissé des mains et est tombé sur le plancher. Je me suis penché pour l’amasser. C’était un feuillet d’information sur le juvederm Montreal, que j’avais pris au salon de mon esthéticienne. Je l’ai ramassé et mis sur le frigo.

J’ai mis le bac près de la porte de garage, car le lendemain, c’était la cueillette de recyclage.

Deux minutes plus tard, j’étais devant mon ordi, recherchant des moyens pour réussir à diminuer ma consommation des différentes ressources que nous aurons tant besoin demain.

 

The author:

author

Étudiante en chant classique, je suis une interprète des plus passionnée. En plus du bonheur que j’ai à vous raconter mon parcours académique et professionnel, je laisse aussi de la place à mes histoires personnelles avec ma famille et mes amies. Mes passions: les voyages, le bon vin et la bonne cuisine de ma maman. La vie est douce!