• Facebook
  • Twitter
  • Google +

À respirer à dose très faible

À respirer à dose très faible - Daria Michel

De nos jours, on ne peut plus fumer où l'on veut, grâce aux lois interdisant le tabagisme dans les endroits publics. C'est sûr que ces mesures ont découragé certains adeptes de la cigarette, mais beaucoup continuent à fumer chez eux, car chacun sait combien il est difficile d'abandonner cette habitude.

C'est le cas de mon mari Grégoire. Il a toujours été un grand fumeur, comme son père, et malgré de nombreuses tentatives, il n'a pas encore réussi à se débarrasser de son besoin en nicotine. Quant à moi, j'ai pu arrêter la cigarette après avoir fumé pendant 5 ans. Mais il faut dire que je fumais beaucoup moins que Grégoire. J'aimerais tellement qu'il puisse faire comme moi, pour qu'il ne soit plus dépendant et qu'il ne mette plus sa santé en danger.

En parlant de santé, mon amie Delphine m'a envoyé un article en ligne il y a quelques semaines, concernant le radon et les dangers que ce gaz pouvait avoir sur la santé, surtout celle des fumeurs. Ceux-ci courent un risque encore plus grand d'avoir un cancer des poumons quand ils sont exposés à ce gaz. Dès que j'ai lu cet article, j'avoue que j'ai vraiment paniqué en pensant à Grégoire. Mais j'ai attendu de me calmer pour lui en parler, car je ne voulais pas qu'il s'inquiète trop. Après plus de recherches en ligne, mon mari et moi avons décidé de tester le taux de radon, car nous avions appris que le test qualite de l air  d'une maison permettait de détecter la présence de ce gaz. S'il était en trop grande quantité dans l'air, notre santé était en danger. Il était alors conseillé de réduire la dose de radon dans la maison en utilisant la technique de dépressurisation active du sol. Cette méthode permettait d'aspirer puis d'évacuer le radon en évitant qu'il s'infiltre dans la maison.

L'étape suivante était, bien sûr, de trouver une entreprise pour évaluer la quantité de ce gaz dans l'air que nous respirions. Cela n'a pas été difficile en naviguant sur l'Internet. Nous avons choisi l'une des compagnies les mieux réputées pour effectuer les tests et quelques jours plus tard, plusieurs spécialistes sont venus chez nous et ont mesuré le radon. Après avoir étudié les résultats, ils nous ont informés quelques jours plus tard qu'il y avait bien du radon dans l'air que nous respirions, mais à très faible quantité, à peine décelable, qui ne représentait aucun danger pour notre santé. Ça nous a bien sûr beaucoup rassurés, mon mari et moi, mais nous ne serons tout à fait satisfaits que lorsque Grégoire aura enfin réussi à arrêter de fumer. L'avenir nous le dira...

 

The author:

author

Étudiante en chant classique, je suis une interprète des plus passionnée. En plus du bonheur que j’ai à vous raconter mon parcours académique et professionnel, je laisse aussi de la place à mes histoires personnelles avec ma famille et mes amies. Mes passions: les voyages, le bon vin et la bonne cuisine de ma maman. La vie est douce!